# 4 – Gestes et répétitions. Un monde en suspens, une vie au ralenti. Cynthia Fleury, Gus Van Sant et Gucci.

22 novembre 2020

Lire La Montagne magique # 4 – 22 novembre 2020

L’écrivain allemand Léon Feuchtwanger contemporain de Thomas Mann à propos de son exil méditerranéen de sept années à Sanary-sur-Mer sur la côte varoise de 1933 à 1940: « Lorsque je montais au sommet de la petite colline, vers ma maison blanche et ensoleillée, que je retrouvais mon jardin et sa paix profonde, […] alors toutes les fibres de mon être me disaient : c’est ici que tu es chez toi, cet univers est le tien[1]. » 

Lire la suite de « # 4 – Gestes et répétitions. Un monde en suspens, une vie au ralenti. Cynthia Fleury, Gus Van Sant et Gucci. »

# 3 – Première journée de Hans Castorp dans le monde d’en haut, « Tous-les-deux », hommage à un clown et à ses ascensions du Mont Covid

15 novembre 2020

Lire La Montagne magique #3 – 15 novembre 2020

Thomas Mann, La Montagne magique, le premier matin de Hans Castorp au Berghof :  « Le matin était frais et nuageux. Immobiles des nappes de brouillard s’étendaient à flanc de coteau, tandis que des nuages massifs, blancs et gris, restaient accrochés aux montagnes plus lointaines. Des trouées et des zébrures de ciel bleu étaient visibles par endroits et, quand le soleil perçait subitement, le bourg avait un scintillement blanc au fond de la vallée qui tranchait sur les sombres épicéas des versants (…) En contrebas serpentait le chemin en lacets par lequel il était arrivé la veille. Des gentianes étoilées, à tige courte, poussaient dans l’herbe humide du talus. Un jardin clôturé occupait une partie de l’esplanade avec des allées en gravier, des plates-bandes et une grotte artificielle au pied d’un imposant sapin argenté (…)

Lire la suite de « # 3 – Première journée de Hans Castorp dans le monde d’en haut, « Tous-les-deux », hommage à un clown et à ses ascensions du Mont Covid »

#1 – Re-confinement: allons en librairie!

1er novembre 2020

Lire La Montagne magique #1 – 1er novembre 2020

Aux premiers jours du confinement au printemps dernier, on avait eu le projet de relire Proust et A la Recherche du temps perdu. Car on allait avoir du temps enfin! On allait avoir du temps, mais en réalité le projet avait été modifié. Certes, on avait bien commencé de relire les premiers volumes de La Recherche, A l’Ombre des jeunes-filles en fleurs et Le Côté de Guermantes, mais la lecture s’était aussitôt transformée en chronique des jours étranges que l’on s’était mise à vivre semaine après semaine dans la maison des quartiers Nord de Marseille et le joli jardin provençal.

Lire la suite de « #1 – Re-confinement: allons en librairie! »

# 20 – Voici venu le temps de l’incertitude, le temps entre (5). Ecouter le silence

10 mai 2020

Lire Proust au temps du coronavirus # 20 – 10 mai 2020

Aux premiers jours de la vie sans vie du confinement, on n’avait rien décidé. La seule certitude que l’on avait, c’était l’envie de relire Proust, de retrouver le temps pour relire La recherche du temps perdu. Et cette relecture s’est accompagnée d’un travail d’écriture motivé par la nécessité d’aller au plus près de la crise qui soudain nous a submergée, d’oser s’avancer au front de l’info pour ne pas rester dans l’effroi.

Lire la suite de « # 20 – Voici venu le temps de l’incertitude, le temps entre (5). Ecouter le silence »

# 16 – Un autre temps ? Le temps entre (1) Voici venu le temps de l’incertitude

26 avril 2020

Lire Proust au temps du coronavirus #16 – 26 avril 2020

Marcel Proust, A l’ombre des jeunes-filles en fleurs : «Puis les concerts finirent, le mauvais temps arriva, mes amies quittèrent Balbec, non pas toutes ensemble, comme les hirondelles, mais dans la même semaine. Albertine s’en alla la première, brusquement, sans qu’aucune de ses amies eût pu comprendre, ni alors, ni plus tard, pourquoi elle était rentrée tout à coup à Paris, où ni travaux, ni distractions ne la rappelaient.»

Lire la suite de « # 16 – Un autre temps ? Le temps entre (1) Voici venu le temps de l’incertitude »

# 15 – Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. Un étrange pays dans mon pays lui-même. Le monde s’est dédoublé

21 avril 2020

Lire Proust au temps du coronavirus – # 15 – 21 avril 2020

Le dimanche du sixième week-end de vie sans vie, est jour de pluie et de ciel gris. Dès l’aube, on entend les gouttes crépiter dans la cour du jardin provençal qui restera humide et luisante toute la journée ainsi que les jours suivants. Le dimanche du sixième week-end de vie sans vie, la pluie grise nous incite à plus de paresse que les jours de la semaine. Alors on profite de ce moment pour aborder une question difficile.

Lire la suite de « # 15 – Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. Un étrange pays dans mon pays lui-même. Le monde s’est dédoublé »

# 14 – Proust et le voyage à Balbec (3) Enchantement et désenchantement encore. Le beau bizarre

18 avril 2020

Lire Proust au temps du coronavirus # 14 – 18 avril 2020

Quelques jours après les premiers jours de la vie sans vie du confinement, éveillée au milieu de la nuit, on s’était dit qu’on n’allait pas déjà compter les jours et qu’on ne pourrait pas continuer à compter les morts. Car chaque jour, les morts s’ajoutaient aux morts et aujourd’hui encore, chaque jour, les morts s’additionnent aux morts jusqu’à atteindre des chiffres inouïs. Au fil des jours qui se sont superposés aux jours, on a vécu au rythme de cet insupportable comptage. Et tout à coup, à la veille du sixième week-end de vie sans vie, on se surprend à compter le temps qui reste, ce « temps vain vain qui tombe brutalement à l’envers » comme l’écrivait Hélène Cixous il y a quelques jours. A la veille du sixième week-end de vie sans vie, on commence le comptage à l’envers, le comptage à rebours, car il reste quatre semaines jusqu’à la date annoncée du début de la fin du confinement. Et l’on se dit: quatre semaines pour vivre et profiter de la vie protégée. 

Lire la suite de « # 14 – Proust et le voyage à Balbec (3) Enchantement et désenchantement encore. Le beau bizarre »

# 13 – Une lueur, une perspective ? Envie de printemps, deuil de printemps

16 avril 2020

Lire Proust au temps du coronavirus # 13 – 16 avril 2020

Au début de la cinquième semaine de vie sans vie du confinement, une fenêtre s’entrouvre et l’on croit apercevoir une lueur au loin. Et cela nous paraît curieux car bien évidemment, à ce jour, rien n’est moins sûr quant à l’issue. Et pourtant… 

Lire la suite de « # 13 – Une lueur, une perspective ? Envie de printemps, deuil de printemps »

# 12 – Cinquième week-end de vie sans vie. Comment vivre en étant séparée de la vie des autres ?

13 avril 2020

Lire Proust au temps du coronavirus # 12 – 13 avril 2020

Hélène Cixous : «Rien à dire qui puisse atteindre l’endurance de l’écriture. Rien où l’écriture puisse poser son tapis le temps de tisser une phrase. Rien où.[1]» 

Au début du cinquième week-end de vie sans vie du confinement, alors que le printemps explose et que le monde extérieur nous appelle, la mer et le ciel, les arbres et les fleurs, on se pose la question de comment on va faire pour durer ? Comment on va faire pour persister? Pour continuer à se protéger soi et les autres alors que vingt-six jours se sont écoulés. Vingt-six jours déjà, vingt-six jours à peine, et combien de temps encore ?

Lire la suite de « # 12 – Cinquième week-end de vie sans vie. Comment vivre en étant séparée de la vie des autres ? »

# 10 – Suspendre son souffle, suspendre le temps. Proust et le voyage à Balbec, l’ivresse du narrateur

6 avril 2020

Lire Proust au temps du coronavirus #10 – 6 avril 2020

Au début de la troisième semaine de vie sans vie, on avait ressenti le besoin de ralentir et de s’arrêter au chevet de ce qui nous arrive. Prendre le temps de penser la tristesse, la vulnérabilité et les funérailles confinées. Ne pas sauter dans l’après et rester présente au présent. Et puis voici que l’urgence et les chiffres affolants nous ont rattrapée, voici que sont arrivées les deux semaines annoncées et la fameuse vague et le pic en France. Voici aussi, et cela on ne pouvait, on ne voulait le prévoir, que le coronavirus s’est approché de nous, nous menaçant au cœur, au petit cœur battant d’une petite-fille qui il y a quelques jours encore trottinait d’un pas vif et chantonnait en poussant la poussette rose de son baby dans une rue de Bruxelles. 

Alors on a suspendu son souffle et on a suspendu le temps.

Lire la suite de « # 10 – Suspendre son souffle, suspendre le temps. Proust et le voyage à Balbec, l’ivresse du narrateur »